La maison passive



La notion de maison passive a vu le jour en 1988 chez nos voisins les Allemands. Le concept fort novateur donna naissance à une norme.

Aujourd’hui, la maison passive est devenue une appellation utilisée pour désigner une catégorie de maison écologique.

Qu’est-ce qu’une maison passive ?


Lorsqu’une maison consomme très peu d’énergie et qu’elle offre tout au long de l’année une température ambiante agréable sans l’utilisation conventionnelle d’une chaufferie, on peut lui donner le nom de maison passive.

L’idée est que le bâtiment soit en quasi autosuffisance en consommation d’énergie.

Les quatre piliers de la maison passive


Pour atteindre l'objectif de très faible consommation énergétique, la maison passive doit reposer sur quatre grands piliers :

1. L’isolation thermique
Une isolation performante permet de minimiser les pertes de chaleur et ainsi réduire à néant l’utilisation du chauffage. Grâce à cela, seuls les appareils électroménagers, la chaleur humaine et l’éclairage permettent d’atteindre une température intérieure agréable.

2. La ventilation
Une ventilation contrôlée permet d’assainir l’air intérieur et cela indépendamment des conditions climatiques extérieures.

3. Les fenêtres
Plus grande source de déperdition énergétique, les fenêtres sont le « maillon faible » de la paroi extérieure. Néanmoins, elles laissent également entrer les rayons du soleil qui participent au réchauffement de la maison.

4. Les ponts thermiques et l’étanchéité à l’air
Un pont thermique, c’est une zone qui présente un défaut ou un affaiblissement de la résistance thermique. On en trouve le plus souvent dans les jonctions de deux parois.
La bonne étanchéité de l’air est elle aussi très importante car elle augmente le confort, diminue les pertes et garantie le bon fonctionnement de la ventilation mécanique.